La trilogie Black Summer/No Hero/Supergod

La trilogie Black Summer/No Hero/SupergodLa réédition chez Hi Comics de la trilogie Black Summer/No Hero/Supergod est l’occasion de redécouvrir ces 3 superbes récits indépendants. Warren Ellis explore la notion de surpuissance, sublimé par le magnifique trait de Juan Jose Ryp. Une réflexion essentielle sur le genre super-héroïque.

 

 

Black Summer : Horus semble avoir perdu l’esprit : il vient d’assassiner le Président des États-Unis, soupçonné de corruption. Les autorités comptent bien l’arrêter avant qu’il n’aille plus loin. Pendant ce temps, ses anciens coéquipiers s’interrogent : doivent-ils se rendre ? Tenter d’échapper aux forces de l’ordre ? Ou essayer d’arrêter eux-même Horus ?
No Hero : Il y a plusieurs dizaines d’années apparaissait un groupe d’être disposant de superpouvoirs. Depuis, ils défendent la liberté et protège le monde contre le Mal. Mais d’où viennent leurs pouvoirs ? Un jeune garçon obsédé à l’idée de devenir un justicier est prêt à tout pour le découvrir.
Supergod : Les scientifiques ont créé les surhommes. Mais ces nouveaux Messies ont perdu toute humanité et s’affrontent sur une Terre devenu un gigantesque champ de bataille…

 

 

Trois visions de la surpuissance

Depuis de nombreuses années, Warren Ellis aime parcourir l’univers des super-héros, avec à chaque fois, l’idée d’égratigner plus ou moins les mythes. Stormwatch, The Authority, Planetary… Autant de titre avec lesquels Warren Ellis construit et déconstruit à l’envie les surhommes. Avec cette trilogie Black Summer/No Hero/Supergod, Warren Ellis réfléchit à la notion de surpuissance individuelle, plus qu’aux super-héros.

Des 3 récits complets de cette compilation, Black Summer est le plus conventionnel et le plus accessible. On peut y voir une relecture sexy et gore de Watchmen. Et si les justiciers qui nous protègent commençait à devenir totalement incontrôlables, même si animés de bonnes intentions ? Il est fascinant de constater comment Ellis parvient en quelques pages à installer un setting efficace.

No Hero est probablement la plus émouvante de ces 3 aventures. Difficile de ne pas s’attacher au destin tragique de ce jeune héros naïf, prêt à tout pour devenir membre d’une équipe de super-héros et défendre le Bien. Évidemment, il va tomber de Charybde en Scylla. Warren Ellis pousse les curseurs loin, très loin, au point qu’on peut ressentir un réel malaise face à a souffrance physique et mentale du héros. L’intrigue est dure et ne laisse personne indifférent. Un joyau de noirceur.

Avec Supergod, Warren Ellis change d’angle d’attaque. Il ne s’intéresse plus au destin d’une personne, mais de l’humanité toute entière. L’émergence sur Terre d’entités surpuissantes, comparables à des dieux, bouleverse totalement l’équilibre de notre planète. Warren Ellis raconte rien moins que la fin du monde, éclaté par des créatures qui n’ont plus grand-chose d’humaines, tant leur puissance les met hors de notre portée. Comme souvent chez Ellis, ce récit apocalyptique foisonne d’idées et de concepts étonnants et originaux, totalement barrés (comme ce dieu champignon extraterrestre).

 

 

Juan José Ryp magnifie le travail de Warren Ellis

Pas toujours simple de mettre en image les délires de Warren Ellis. Juan José Ryp fait mieux que s’en tirer honorablement : il ajoute une réelle plus-value aux 2 histoires qu’il dessine. Au point que son absence sur SuperGod se fait ressentir immédiatement (même si, soyons honnête, Garrie Gastony est loin de faire de la figuration). Si vous appréciez les détails, vous adorerez le travail de Juan José Ryp sur Black Summer et No Hero. La moindre case est fignolée, le dessinateur soignant ses arrière-plans. Grand amateur d’anatomie, il donne de « la chair » à ses personnages et une jolie sensualité à ses héroïnes (grâce notamment à leurs sublimes chevelures). Enfin, l’artiste fait preuve de beaucoup de talent quand il faut montrer la destruction, que ce soit des corps ou des espaces urbains (certaines scènes sont particulièrement gores). La convergence des talents d’Ellis et de Ryp font de cette trilogie un très bel album. Dans tous les sens du terme, puisque l’éditeur français Hi Comics nous offre un beau pavé joliment soigné.

 

 

Stéphane Le Troëdec

 

Warren Ellis (scénario), Juan José Ryp (dessin), La trilogie Black Summer/No Hero/Supergod, Hi Comics, avril 2018, 512 pages, 29,90 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :