Le Codex des espions

Patrick de Friberg est membre de la petite bande à Boojum. Aussi ne pouvions-nous pas faire un article comme si de rien sur son livre. Mais pourquoi se priver du plaisir de vous le présenter tout de même en laissant parler son éditeur ? 

 

Présentation de l’éditeur

 

Le testament du Messie : un texte qui pourrait bouleverser le monde actuel. Le Vatican et la Russie vont mettre tout en œuvre pour s’en accaparer.
Le renouveau du roman d’espionnage !
Patrick De Friberg nous emmène dans les méandres du pouvoir et de la manipulation aux côtés du général Carignac, personnage de Nous étions une frontière.
Préface de Percy Kemp.

La découverte d’un morceau de vélin datant de l’époque du Christ défraie l’actualité. Sous l’onciale et les enluminures est caché le testament du Messie, un texte qui pourrait bouleverser le monde actuel.
Une autre pièce est en possession du général François Carignac, ancien patron de la DGSE, souvenir du Mur de Berlin…
Le Vatican et la Russie se battent depuis la Guerre froide pour en devenir les uniques propriétaires.
Plus qu’un roman d’espionnage, Patrick de Friberg enquête sur les relations troubles de l’ancienne URSS avec cette chrétienté qu’elle a combattue, mais dont elle veut faire aujourd’hui l’un des socles du retour de la Russie forte. Thriller non sans humour et cynisme, le roman rappelle que la chrétienté, construction habile de Constantin, premier pape et césar, ne tient peut-être plus qu’au secret du Codex des espions…

 

Patrick de Friberg, Le Codex des espions, French Pulp, octobre 2018, 318 pages,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :