Octavio Escobar Giraldo, « Après et avant Dieu »

couverture du roman Après et avant DieuOctavio Escobar Giraldo est né à Manizales (Colombie) en 1962. Il est chirurgien, écrivain et professeur de littérature à l’Université d’Arts et de Sciences Humaines de Caldas. Il est l’auteur d’une dizaine de romans et de nombreux recueils de nouvelles et de poèmes dont plusieurs ont reçu des récompenses. Citons Saide (1995), qui a reçu les éloges de la presse, et De musica ligera (1998) qui a reçu le Prix National de Littérature. Il reçut pour Après et avant Dieu le prix National du récit colombien en 2014. Octavio Escobar Giraldo fait également partie de la délégation d’auteurs invités en France à l’occasion de l’année France-Colombie 2017 et participera à de nombreuses manifestations durant le mois de novembre.

 

Une fille matricide en cavale

À la fin des années 90, un crime ébranle la ville de Manizales : Angela Botero, avocate propriétaire d’une agence immobilière, fille unique d’une célèbre famille de la ville, tire sur sa mère alors qu’elles se trouvaient dans leur appartement. Elle veille le corps pendant deux jours puis prend la fuite sur la route qui conduit à Medellin.

15 ans après… nous n’avons toujours aucune nouvelle.

Cet homicide fut pendant longtemps le sujet de controverses et de spéculations. Cette anecdote ainsi qu’une escroquerie commise par un prêtre au détriment de riches familles de Manizales, qui eut lieu également à la même époque, sont le point de départ de ce roman.

 

Un roman noir sous tension

Après et avant Dieu est un roman noir dont la tension nous oblige à en lire toujours plus. Comme le crime survient dès les premières pages, l’histoire de la fuite apparaît ensuite très rapidement. Évidemment les choses ne vont pas se dérouler comme on s’y attendrait et les dernières lignes du roman constituent une belle fin ouverte.

 

Après et avant Dieu
crédit : Juan Botero López

 

L’espoir d’une rédemption

Le roman est une critique de la société colombienne, mais plus précisément de Manizales. Une société qui clame son attachement aux traditions, au catholicisme et aux valeurs de la famille. Mais sous ce masque se cachent bien des fantasmes que l’éducation religieuse ne peut contenir. La protagoniste, sans nom, est un personnage solide et malgré un désordre qui s’installe dans sa vie au fur et à mesure des pages, la Bible et ses prières lui promettent paix et salvation. Jusqu’aux dernières lignes, elle croira à sa rédemption.

 

Elodie Blain

 

Octavio Escobar Giraldo, Avant et après Dieu, traduit de l’espagnol (Colombie) par Anne Proenza, Actes Sud, novembre 2017, 189 pages, 19,80 euros

 

Bouton Lire un extrait

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :