Les Templiers, leur faux trésor leur vrai puissance

Comment on en arrive aux Templiers…

Ancien élève de Philippe Contamine (récemment auteur d’une remarquable biographie de Charles VII chez Perrin), Xavier Hélary fait porter ses travaux sur le règne de Philippe III le Hardi (et le rôle joué auprès de lui par son ministre Pierre de La Broce) ainsi que sur la guerre et la société militaire en France de Saint Louis à Philippe le Bel. Il a également participé, aux côtés de Philippe Contamine, à un ouvrage sur Jeanne d’Arc dans la collection bouquins. Après avoir publié une synthèse sur la bataille de Courtrai (1302) aux éditions Tallandier en 2012, Puis La dernière croisade (Perrin, 2016) où il revenait la croisade menée par Saint Louis en Tunisie, Xavier Hélary signe ici le premier volume de la collection « Les dossiers interdits de l’Histoire », dirigée par Pierre Baron, consacré aux Templiers.

 

Un ordre fondé pour défendre le royaume de Jérusalem

Avec minutie, Hélary retrace la naissance du Temple, dans la foulé de la conquête chrétienne de la Terre sainte sous la houlette de Hugues de Payns. Le Temple est un ordre de chevaliers à l’idéal ascétique et monastique. Leur but est simple, défendre la Terre sainte contre les incursions musulmanes. Pour ce faire, Les Templiers reçoivent dons, legs et organisent un réseau de commanderies implantées en France, en Aragon et en Angleterre surtout. Des paysans cultivent des terres pour eux et le produit des récoltes sert à financer l’ordre. Mais l’affaiblissement puis la disparition des Etats chrétiens avec la chute de Saint Jean d’Acre en 1291, où ils se sont particulièrement illustrés, rend leur position plus difficile.

 

Une persécution voulue par Philippe le bel

Alors que le grand maître Jacques de Molay vient en France chercher des soutiens pour relancer une croisade, le roi de France médite son plan contre le Temple. Pour quelles raisons ? Croyait-il réellement aux accusations fantaisistes d’hérésie ? Voulait-il mettre la main sur leurs richesses ? Affirmer son autorité dans son royaume et envers le pape ? Toujours est-il que les templiers sont arrêtés, soumis à la torture face à une papauté plus que gênée. Tout cela aboutit à la condamnation au bûcher de Jacques de Molay. Est-ce la fin du Temple ? Dans les faits oui, et l’ordre de l’hôpital récupère ses biens (enfin tout ce que Philippe Le bel a laissé). Mais le Temple n’a jamais complètement disparu des mémoires. N’y a-t-il pas toujours un quartier du Temple à Paris, plus de sept siècles après sa disparition ? Sans compter tous les mythes, du trésor de rennes le château aux soi-disantes origines templières des francs-maçons.

De la belle synthèse, écrite à destination de tous les publics.

 

 

Sylvain Bonnet

Xavier Hélary, Les Templiers, leur faux trésor leur vrai puissance, éditions First « les dossiers interdits de l’histoire », mars 2018, pages, 16,95 €

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :