Une autre histoire des samouraïs, le mythe du guerrier japonais

Un symbole du Japon

Commençons par une évidence : le samouraï est devenu un mythe, un des symboles du Japon, repris dans d’innombrables jeux ou bandes dessinées, du cinéma aussi (Les sept samouraïs ou Yojimbo de Kurosawa). Pourtant, et Julien Peltier le démontre très bien, il y a un gouffre entre le mythe et la réalité.

Une caste de guerriers

Les samouraïs sont essentiellement des guerriers nés durant l’antiquité japonaise, aux multiples origines (on voit en eux des résurgences des ancêtres des japonais venus de la steppe eurasienne). Avant de devenir des experts du sabre, ils devaient savoir surtout maîtriser… l’arc et la flèche. Leur essor est aussi contemporain de la naissance du shogunat, régime qui régule le Japon et où l’empereur a essentiellement un rôle de représentation. Structurellement, les samouraïs sont attachés à des maisons, qu’ils doivent servir… mais ils se révoltent souvent, comme le montre les sources arrivées jusqu’à nous. On est (encore) loin du guerrier régi par un code d’honneur très strict passé dans la culture populaire actuelle… Pour autant, ils jouent un rôle dans l’échec de l’invasion mongole.

De multiples emplois

Des guerriers oui… mais les samouraïs décrits dans l’ouvrage de Julien Peltier peuvent aussi être des marchands, des moines bouddhistes, des brigands voire des pirates. Certains furent séduits par la prédication des jésuites avant la fermeture du Japon. On les retrouve ensuite durant le XIXe siècle adopter des attitudes très variées devant l’ouverture « forcée » du pays. La fin du shogunat provoque en tout cas des révoltes de samouraïs dans les années 1870 réprimées par l’empereur Meiji. On pourrait croire que c’en est fini d’eux… mais leurs familles demeurent présentes dans l’armée et l’administration (voire l’industrie). La construction du récit de la nation japonaise finit par les présenter sous leur meilleur jour et les voilà récupérés par les milieux nationalistes avec le succès que l’on sait durant la seconde guerre mondiale. Toujours admirée, la figure du samouraï inspire en tout cas beaucoup d’artistes (jusqu’au dessinateur américain Frank Miller) : c’est son plus grand succès.

Sylvain Bonnet

Julien Peltier, Une autre histoire des samouraïs, Perrin, septembre 2023, 342 pages, 24 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :