Batman Spawn, un duel savoureux

La réunion de deux personnages iconiques

Si on ne présente plus Batman, créé en 1939 par Bob Kane et qui a connu des périodes de gloire grâce notamment à des artistes comme Neal Adams, Jim Aparo, Frank Miller et Grant Morrison, le personnage de Spawn mérite quelques développements. A l’origine, il s’agit d’un concept qui traîne dans les cartons de Todd McFarlane, artiste star de la Marvel des années 1989-91 (et qui a touché à Batman en remplaçant au pied levé le grand Alan Davis sur Batman Year Two). McFarlane quitte la maison des idées (titre tombé depuis dans la désuétude vu la nullité de la production actuelle) et le personnage de Spiderman qu’il a modernisé et propulsé au top des ventes pour fonder le label Image avec Jim Lee, Erik Larsen et Marc Silvestri.

Contrairement aux projets des deux autres, la série de McFarlane se vend bien et se révèlera le seul succès durable du label. Car Spawn cache en réalité Al Simmons, un ancien soldat mort dans des circonstances troubles (son patron l’a fait tuer) et qui a vendu son âme à un démon nommé Malebogia pour retrouver… l’amour de sa vie, Wanda.  Sur cette trame proche du romantisme allemand, McFarlane a brodé des histoires noires et violentes qui ont marqué le lectorat. En 1994, il a signé un premier crossover de son personnage avec Batman avec Frank Miller (qui d’autre ?) au scénario. Un deuxième plus anecdotique signé Graham Nolan fut publié avec moins de succès. L’année dernière, un troisième sort, réunissant McFarlane au scénario et Greg Capullo au dessin. Ce dernier a commencé sa carrière en illustrant Spawn et a connu la consécration sur Batman avec le scénariste Scott Snyder. Un gage de réussite ?

Alliés pour le pire et pour le meilleur

De fait, ces deux croisés se retrouvent dans l’allée du crime et ne trouvent rien d’autre à faire que… de se combattre. Spawn croit que Batman a tué Wanda, Batman n’y est pour rien… Mais pas la cour des hiboux, un groupe qui manipule Gotham depuis des années (créé par Scott Snyder et Greg Capullo au cours de leur travail commun sur Batman) et qui a essayé de manipuler Spawn pour neutraliser définitivement Batman. Les deux compères malgré eux vont voir le Joker, qui n’est pour rien non plus là-dedans, et décident de se battre contre ces sinistres hiboux. On l’aura compris, la trame est un peu mince. Mais, heureusement, il y a Greg Capullo. Autrefois, on n’aurait pas parié grand-chose sur lui mais il s’est affiné, il a mûri. Il excelle dans les planches très noires, entre fantastique et roman noir. Ici, il est à son meilleur, surtout qu’il est évident qu’il aime dessiner les deux personnages.

Dégustez bien ce crossover grâce aux dessins classieux de Capullo.

Sylvain Bonnet

Todd McFarlane & Greg Capullo, Batman Spawn, traduit de l’anglais par Alex Nikolavitch, Urban comics, novembre 2023, 176 pages, 19 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :