Ama, le souffle des femmes, hymne aux femmes besogneuses

Ama, l’île des femmes

Le Corse Frank Manguin rend hommage à d’autres insulaires avec Ama, le souffle des femmes. Dans un îlot japonais au cœur des années 60, il nous fait découvrir ces femmes courageuses, pêcheuses au couteau. Et la dessinatrice Cécile Becq les habille avec une belle bichromie réjouissante.

Regarde-moi ce fainéant ! il a roupillé tranquille au fond de la barque toute la journée pendant que moi je pêchais et c’est lui qui est fatigué !? Non mais je rêve.

Le souffle de la vie

Les années 60 pourraient paraître paisibles à Hegura, petite île japonaise. Il n’en est rien. La vie est un combat quotidien pour survivre. Et la seule subsistance vient de la mer. Deux mondes se font front, celui des hommes et celui des femmes. Ils en vivent chacun mais avec des métiers différents. Les femmes en sont, si on peut dire, les reines car la pêche est particulière. La ressource principale est un coquillage roi, l’ormeau. 

Les femmes nues plongent en apnée. Maintenues par un fil de vie, elles s’enfoncent pour décrocher les ormeaux. A leur signal, leur mari ou leur Tomaé (fiancé) tire la corde pour leur permettre de remonter à la surface aussi vite que possible.

Isoé, l’une des maitresses femmes, accueille Nagisa. C’est la nièce qu’elle n’a jamais rencontrée, depuis le départ de sa sœur, partie de façon soudaine.

Le lecteur d’Ama découvre l’histoire et les mœurs de ces femmes rudes et brusques. Et le secret des histoires familiales va se dévoiler.

Un monde bleu

Le bleu est la couleur la plus complexe en termes de signification. Elle n’est pas que la couleur de la mer qui accueille les femmes d’Ama. Loin de l’image traditionnelle des japonaises, le caractère des femmes de cette île est bien trempé. Elles sont l’autorité et en aucun cas se font marcher sur les pieds. Ama est un hommage à ces femmes libres et fortes.

Cécile Becq a un style de dessin très subtil, tout en rondeur et en sensualité. Et ses nus ne sont à aucun moment grossiers. Le bleu adoucit également la rugosité de la vie des femmes, un bleu gris à la fois moderne et vintage du plus bel effet.

C’est une belle réussite à tout point.

Xavier de la Verrie

Frank Manguin (scénario), Cécile Becq (dessin), Ama, le souffle des femmes, mai 2020, 112 pages, 21,50 eur

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :