Louise de Savoie, une femme de pouvoir au XVIe siècle

Docteure en histoire moderne, Aubrée David-Chapy a choisi d’étudier l’histoire des femmes aux XVe et XVIe siècles. On lui doit une récente biographie d’Anne de France (Passés composés, 2022), fille de Louis XI et qui exerça le pouvoir durant la minorité de son frère Charles VIII. C’est tout naturellement que notre historienne en vient à l’étude de Louise de Savoie, mère du futur François Ier.

Une princesse issue du sérail

Voilà donc Louise de Savoie, issue d’une famille qui gouverne donc la Savoie et qui plus tard règnera sur l’Italie. Fille de Philippe de Bresse, un cadet de la famille de Savoie, Louise était aussi l’enfant d’une princesse Bourbon, ce qui la conduit à être élevée à la cour de France où elle va subir l’influence d’Anne de France. Cette dernière sera un modèle pour elle, tant politiquement que culturellement, par sa passion des livres notamment. Louise est mariée très jeune à Charles d’Angoulême, encore un cadet, issu de la maison de Valois par la branche d’Orléans. S’il meurt jeune, il lui laisse deux enfants, François et Marguerite. Ces enfants sont politiquement stratégiques car leur cousin Louis XII n’a que deux filles de son mariage avec Anne de Bretagne. Et le jeune François, est donc le dauphin. Et bientôt roi en 1515.

La Régente

Louise est une femme politique. C’est elle qui a éduqué François Ier et elle le conseille toute sa vie. Lui est un fils aimant, reconnaissant l’influence de sa mère à qui il confie deux fois la régence (et non à sa femme Claude, fille de Louis XII, comme c’est l’usage) : voilà une femme qui n’est pas « fille de France », n’a jamais été Reine, à la tête du pays. C’est totalement inédit et de plus dans des circonstances dramatiques : c’est elle, rappelons-le, qui exerce le pouvoir au moment de la captivité de son fils après la défaite de Pavie. Et elle tient les rênes efficacement. C’est elle enfin qui négociera la paix en 1529, apportant au royaume un délai de récupération et ramenant ses petits-fils en France (ceux-ci avaient été échangés contre leur père). Louise est aussi une princesse humaniste, femme de la Renaissance, qui a eu à affronter les débuts de la Réforme. Voilà un personnage-clef de cette époque, qui a certainement influencé Catherine de Médicis.

Aubrée David-Chapy signe avec Louise de Savoie une biographie remarquable.

Sylvain Bonnet

Aubrée David-Chapy, Louise de Savoie, Passés composés, octobre 2023, 280 pages, 22 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :