Critical Hit : Quand le « torture porn » s’invite dans les comics

Vendu comme une œuvre à message politique, Critical Hit n’est en réalité qu’un modeste torture porn façon comics. Dommage parce que le pitch de départ méritait meilleur traitement et que les dessins de Jonathan Brandon Sawyer s’avèrent assez intéressants.

 

 

Deux jeunes femmes, Sarah et Jeannette, organisent des opérations clandestines pour libérer des animaux victimes de maltraitance. Laboratoires peu scrupuleux, combats de chiens, etc. Rien ne leur font peut. Elles n’hésitent pas à s’attaquer aussi à des chasseurs hors-la-loi. Cagoulées et armées de masses, elles saccagent et font un maximum de dégâts, persuadées d’être du bon côté de la morale. Seulement, une de ces expéditions nocturnes tourne mal. Croyant s’attaquer à un groupe de chasseurs, Sarah et Jeannette se heurtent en réalité à des tueurs en série redoutablement organisés. Les deux jeunes femmes sont capturées et séquestrées. Très vite, elles vont connaître l’enfer…

 

 

Vous avez dit torture porn ?

Le torture porn est un sous-genre du cinéma d’horreur apparu au début des années 2000 et popularisé avec des films comme Saw. Généralement, une ou plusieurs personnages se retrouvent entre les mains de sadiques pervers. Les pauvres victimes subissent de nombreux sévices, à la fois physique et psychologique, qui les mènent parfois à une issue fatale. Dernièrement, le torture porn a commencé à s’immiscer progressivement dans les séries tv. Et donc aujourd’hui dans les comics avec Critical Hit qui emprunte beaucoup au genre, tout en essayant de déployer un discours politique.

 

 

Femmes en cage

Critical Hit a pour lui de proposer un point de départ original. Rarement, la cause animale est représentée dans les comics. Sauf qu’ici, difficile de savoir si le scénariste Matt Miner entend dénoncer quelque chose (au-delà du simple constat que, oui, des animaux sont maltraités). Il n’aura échappé à personne que finalement les héroïnes se retrouvent dans la situation des animaux qu’elles s’étaient jurées de défendre. Et justement le problème est bien là : si on peut croire dans un premier temps qu’il s’agit d’une bonne idée, Matt Miner ne l’exploite pas. Ou plutôt, il abandonne vite toute envie d’utiliser cette idée. À partir de là, Critical Hit se transforme en un simple récit d’horreur racontant les péripéties de 2 filles essayant d’échapper à leurs bourreaux après avoir subi privations, violence et torture. Matt Miner utilise la bonne vieille technique du flash-back, mais rien de vraiment indispensable en fin de compte, si ce n’est enrichir le background des héroïnes. Mais comme Critical Hit est relativement court. Pour ma part, voir des jeunes filles violentées me met plus mal à l’aise qu’autre chose. Si vous aimez Saw et cie, Critical Hit est pour vous.

 

 

Jonathan Brandon Sawyer : un dessin entre Becky Cloonan et Sean Murphy

Il y a de quoi nourrir quelques regrets à la lecture de Critical Hit. Car le dessinateur Jonathan Brandon Sawyer s’y montre plutôt doué. Avec un style qui rappelle ceux de Becky Cloonan et Sean Murphy, Sawyer semble aussi à l’aise dans les scènes du quotidien et de dialogues (les flash-back) que dans les scènes d’action et de violence. Mieux : il réussit à proposer des rednecks chasseurs pervers qui ne tombent pas trop rapidement dans les clichés d’un mauvais film d’horreur de série Z. Il y a même un joli travail sur les regards. Dommage que son dessin ne soit pas au service d’une intrigue plus consistante.

 

Stéphane Le Troëdec

 

Matt Miner (scénario), Jonathan Brandon Sawyer (dessin), Critical Hit, traduit de l’anglais par Isabelle Bauthian, Glénat Comics, juin 2018, 112 pages, 14,95 euros

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :