CRS, des gardiens de l’ordre très controversés

Un auteur atypique

On a connu Christophe Marchand-Kiss pour ses œuvres de poésie comme Alter ego (Textuel, 2005) ou ses essais sur Leo Ferré (Textuel, 2003) ou Serge Gainsbourg (Textuel, 2005). On ne l’attendait pas sur un ouvrage portant sur les CRS, de leurs débuts à auourd’hui. Le sous-titre du livre, de Charonne à Charlie Hebdo, est en lui-même tout un programme.

 

Des origines complexes

Avec ce livre, on découvre que les CRS ont été créés à la Libération par des résistants désireux d’affirmer la mission républicaine de la Police après les errements et les crimes de Vichy. Reste que l’auteur démontre, après d’autres, que les CRS comptent parmi ses ancêtres les GMR, c’est-à-dire les groupes mobiles de sécurités, créés par Vichy et se chargeant de certaines basses besognes du régime. Certains anciens des GMR ont intégré les CRS, une preuve de plus de l’art très français de la continuité administrative.

 

CR en Mai 68 © Reg Lancaster / Getty Images

 

Des missions très variées

Même si Charonne demeure une tâche sur l’honneur des CRS, même s’ils sont réputés pour leur traitement très musclé de certaines manifestations, on découvre avec cet ouvrage que ces gardiens de la paix d’élite sont aussi des sauveteurs. On les retrouve par exemple sur certaines plages de France l’été, où on les voit sauver des vies parfois.

 

 

Et quid des hommes (et des femmes) ?

Depuis 2001, des femmes peuvent devenir CRS. Cela concerne 8% des effectifs. Sinon, les CRS sortent de toutes les classes de la société, avec une nette représentation des classes populaires. Le racisme existe, même si des beaucoup de CRS sont issus de l’immigration. Quant aux chefs, ce permet de retrouver la figure de Jules Moch, ministre de l’intérieur de la IVe République, détesté des communistes pour sa répression des grèves de 1947. On saluera aussi Maurice Grimaud, préfet en 1968, dont on saluera la retenue (imaginez Maurice Papon à la place, on lui doit le 17 octobre 1961 et Charonne… ).

Que conclure ? Les CRS sont un instrument du pouvoir politique. Tout dépend au fond du politique. Mais on est loin, cher soixante-huitard, des SS…

 

Sylvain Bonnet

Christophe Marchand-Kiss, CRS de Charonne à Charlie Hebdo, Flammarion, avril 2018, 220 pages, 17 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :