Okinawa 1945, l’hécatombe qui prépara Hiroshima

Officier et docteur en histoire, spécialiste reconnu de la guerre d’Indochine, Ivan Cadeau a déjà écrit des ouvrages précieux d’histoire militaire comme La guerre de Corée (Perrin, 2013), Dien Bien Phu (Tallandier, 2013) ou encore une synthèse rare sur la bataille de Cao Bang (Perrin, 2022). Ici il revient sur la bataille d’Okinawa opposa au printemps 1945 américains et japonais, juste avant l’explosion d’Hiroshima, dans le cadre de la collection « Champs de bataille » chez Perrin.

La dernière étape avant l’invasion du Japon

Pourquoi l’armée et la marine américaine ont-elles décidé d’envahir l’archipel Ryuku et l’île d’Okinawa ? Fin 1944, les américains ont repris pied au Philippines, leur suprématie aérienne et maritime est incontestable. La prise d’Okinawa achèverait de couper les lignes de communication tout en offrant une solide base aérienne dans les futurs raids aériens sur le Japon. Et puis la guerre en Europe est sur le point de s’achever et les États-Unis sont persuadés d’être dans le dernier round face à Tokyo.

Une boucherie

Or les combats sont acharnés, au-delà de toute considération stratégiques. Les soldats de la 32e armée japonaise, encadré par des officiers bien formés, a préparé la défense des îles avec beaucoup de sérieux. Si marines et GI’s prennent pied facilement, les japonais se battent férocement, prêts au sacrifice. Les Kamikazes, sans changer l’issue de la bataille, assènent des rudes coups aux navires américains. On oubliera pas les civils, qui ne sont pas, rappelons-le, des japonais ethniques, poussés au suicide collectif par les militaires fanatisés qui répandent les pires rumeurs sur les exactions américaines en cas de victoire… Chaque colline, chaque coin de terre nécessite fait l’objet de combats acharnés. Il est probable que le bain de sang d’Okinawa ait contribué à influencer Truman à lancer une bombe atomique sur le Japon : les projections des pertes américaines en cas d’invasion de l’archipel étaient terrifiantes (on ne parle même pas de projections de pertes japonaises.

Okinawa 1945 est un excellent ouvrage d’histoire militaire.

Sylvain Bonnet

Ivan Cadeau, Okinawa 1945, Perrin, « Champs de bataille », septembre 2023, 288 pages, 25 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :