Le Reste du Monde, tome 3 : les Frontières

Deux univers habitent Jean-Christophe Chauzy, le roman noir d’un côté et l’humour avec un soupçon de dérision, de l’autre. Après Futuropolis et une époque en monochromie, il balance de la couleur chez Casterman dans sa série Le Reste du monde. Fermez les frontières plus personne ne passe ! Un thème si actuel qu’il fait échos avec notre actualité, mais cette fois-ci ce sont les français qui chercheraient à quitter leur pays pour vivre ! Les Frontières est le troisième tome de cette saga post-apocalyptique.

 

Retour en arrière

Comme s’il était possible de revenir en arrière ! Aucun moyen d’utiliser la machine à remonter le temps pour ne pas avoir à vivre cette chaine de catastrophes climatiques et terrestre.

Dès le premier tome, l’espoir n’est plus de mise après un enchainement sismique dans le sud de la France où se trouvent les principaux protagonistes. Jules & Hugo sont avec leur mère Marie et la fin des vacances se fait sentir quand un épisode orageux et sismique anéanti en partie le village des Pyrénées où ils sont. Tous les axes sont coupés et les rescapés doivent survivre avec les quelques provisions distribuées, mais devant l’incapacité des gardiens du temple à contenir les humeurs, tenaillés par la faim, tout dégénère et l’usage des armes remplacent toute humanité. La petite famille arrive à s’enfuir en prenant tous les risques dans l’espoir de retrouver la civilisation. Mais le spectacle qui s’offre à eux dans le tome suivant « Le monde d’après » n’est que désolation.

 

Allez, on nettoie ce trou à rats ! A la lame et au feu, pas de sentiments »

 

La loi du plus fort est devenu leur nouvelle réalité, ce qui plonge des enfants dans le monde des adultes dans ce qui peuvent être les plus sauvages en période de guerre.

C’est une guerre à laquelle ils doivent faire face désormais, vivre, survivre, chasser et être chasser.

 

 

Sauvés pour combien de temps ?

Les enfants séparés de leur mère sont réfugiés dans un centre de vacances avec de nombreux autres enfants et adolescents livrés à eux même. La résidence à l’écart du monde offre un certain répit du moment où toutes les précautions sont prises pour trouver de la nourriture.

L’imprudence de l’un d’eux va interrompre cette quiétude, une équipe assoiffée de chaire fraîche les attaque. Quelques uns dont Jules et Hugo arrivent à s’extraire et partent à l’aventure vers un avenir incertain.

 

Chaos et désolation

Entre les hommes qui s’entretuent pour survivre, des accidents atomiques en chaine qui rend inextricable la situation, comment notre groupe arrivera t’il à survivre ? C’est à ce moment que le père de Jules et d’Hugo fait surface et cherche par tous les moyens de les retrouver, venant d’Espagne à contre courant.

 

 

Telle pourrait être la synthèse ou le questionnement de la série : pourrions nous survivre en respectant son prochain si une guerre ou un accident survenait ? Ou est-ce la loi du plus fort et du plus sanguinaire qui entacherait à la démocratie ?

 

Quelle sera l’issue ?

L’auteur nous entraine vers le désordre mondial, jusqu’où iront les hommes pour s’en tirer ? Outre les scènes glaçantes de meurtres, il nous montre des scènes extraordinaires de fin de monde. Par moment des enchevêtrements d’immeubles, de tôles et de corps ou, une scène d’orage qui rejette au sol des nuées de poissons.

 

Nous retrouvons la patte de Jean-Christophe Chauzy et ne pouvons qu’aimer cette épopée cataclysmique avec un regard très noir de l’homme qui est prêt à tout pour survivre. Il est très intéressant de voir l’évolution des dessins de chaque personnage, ils gagnent en maturité, en tristesse, en souffrance et en désillusion. Certaines scènes de chaos en pleine page sont époustouflantes de détails et rend épouvantable l’horreur dont sont confrontés les protagonistes. C’est peu dire que nous avons hâte de avoir ce qu’ils devenir dans le quatrième tome !

 

Xavier de la Verrie

 

Jean-Christophe Chauzy, Le Reste du Monde, tome 3 : Les Frontières, octobre 2018, 112 pages, 18 euros

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :