Batman & Joker deadly duo : une recette qui fonctionne

Un péril qui amène à un choix difficile

Les rues de Gotham sont parcourues par des espèces de goules qui l’apparence du Joker et qui laissent sur leur passage cadavres et têtes coupées. Jim Gordon a de plus été enlevé : Batman le recherche mais il n’y a aucun indice très probant et le temps presse. Comme Harley Quinn a aussi été enlevé, Batman va voir le Joker. Est-ce qu’il sait quelque chose ? Mais face à ce fou plein de malice et retors, la partie n’est pas facile. Batman commence alors à comprendre qu’il n’a pas le choix, Nightwing et Selina Kyle alias Catwoman ne seront pas suffisants : il lui faut collaborer avec son plus mortel ennemi.

Le retour gagnant de Silvestri

Marc Silvestri est une légende des comics. Il a fait ses armes chez Marvel sur les séries Uncanny X-men et Wolverine (sur des histoires de Chris Claremont et Larry Hama) avant de fonder Image comics avec Jim Lee, Todd McFarlane et Rob Liefeld. Il a connu le succès au début des années quatre-vingt-dix avec Cyberforce, resucée d’X-men, puis The Darkness où il a montré son aptitude pour des ambiances plus fantastiques. Dans les années 2000, on l’a vu illustrer Hunter Killer pour son studio Top Cow et aussi retravailler sur les X-men avec Grant Morrison. Le voir illustrer Batman est un plaisir, Silvestri ayant pris manifestement du temps pour peaufiner ses planches et son découpage. Voir s’allier ces deux ennemis est assez savoureux, le résultat est décapant, parfois violent mais digne d’intérêt.

Tout fan de Batman lira Batman & Joker : Deadly duo qui vérifie un de mes adages : travailler sur le héros de Gotham stimule les artistes. Et c’est normal, le personnage est un peu la « Rolls » des comics de super héros.

N’hésitez pas longtemps.

Sylvain Bonnet

Marc Silvestri, Batman & Joker : Deadly duo, traduit de l’anglais par Julien Di Giacomo, Urban comics, novembre 2023, 208 pages, 21 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :