Paris 2119

La fin laisse-t-elle place à l’espoir désenchanté ?

Nous attendions la suite de The End par Zep (avril 2018) qui témoignait de la prise en main de notre destinée par un exécuteur inespéré, la nature elle-même.

Mais ce sera une collaboration avec Dominique Bertail et une sortie en fanfare à l’occasion du dernier festival International de la Bande dessinée d’Angoulême.

Nous prenons place dans un futur proche mais qui, au regard de l’évolution de la terre, nous parait bien lointain.

Paris 2119 est devenue une ville bien loin de la ville des lumières connue, avec son lot de clones, drones et hologrammes impersonnels et énigmatiques.

La révolution la plus notable est la téléportation. Mais une telle innovation cache sans doute bien des mystères.

« Je dois être à Péquin dans 2 heures… et j’ai l’intention de profiter de toi avant »

Tristan & Kloé, jeune couple d’amoureux, sont à l’opposé l’un de l’autre

La belle et sculpturale Kloé navigue d’un monde à l’autre avec sa cabine Transcore, qui lui permet d’être transportée instantanément à l’autre bout de la terre et elle n’a rien à en dire car cette technologie lui est naturelle et lui parait indolore.

Tristan quant à lui est un rebelle ou peut être la voix de la raison qui le pousse à ne pas utiliser les innovations de son monde et préfère déambuler dans les rues de Paris. Ces rues qui sont doit on le dire assez fantomatiques, la population ne marche pas plus, ne voyage ou ne se déplace plus que par téléportation. Les rues sont donc vidées d’habitants et de sens. 

Tristan aime encore prendre le métro même si les quelques rares usagers sont plus inquiétants que les animaux errants.

En y croisant par deux fois sa nouvelle patronne dans un état second notamment pris en charge par une équipe médicale, il va les suivre impunément et la voir être abatue sous ses yeux tout en la retrouvant le lendemain à son bureau.

De là vont s’enchainer des découvertes et l’entrainer dans de sombres tourments.

Consumé en quelques minutes

Dès les premières secondes nous sommes absorbés par l’aventure des 2 disciples de Zep & Bertail, seul regret une fiction que l’on aimerait sur plusieurs tomes. Il est fascinant d’être immergé dans un Paris que l’on reconnait par ses monuments et certains desseins attirants mais d’un autre côté une ville déshumanisée qui nous rendrait paranoïaque. 

Un bel exercice de style soutenu par une imagination débordante et des rebondissements qui nous fait dévorer cet ouvrage comme absorbés et téléportés dans le futur.


Xavier de la Verrie

ZEP (scénario & storyboard), Bertail (dessin), Gaétan Georges & Bertail (couleurs), Paris 2119, Rue de Sèvres, janvier 2019, 80 pages, 17 eur

Une magnifique version luxe au lavis est également disponible au prix 25 eur

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :