On the one! la bande-son funk de l’été

Pas de vie sans le funk

Il fallait bien qu’un jour l’éditeur Les mots et le reste, grand pourvoyeur de livres musicaux, laisse un spécialiste se pencher sur le funk, cette musique née « officiellement » avec Cold Sweat de James Brown et qui invite aussi à bouger, à danser et si possible avec une partenaire. Cette fièvre, Belkacem Meziane, musicien lui-même et chroniqueur régulier du magazine Soul Bag, a essayé tout au long d’On the one ! de la transmettre. Pari tenu, pari gagné ?

Les maîtres et les autres

Bien sûr les grands maîtres du genre défilent au long de ses pages : Sly stone, James Brown bien sûr, George Clinton ont droit à des notices via des albums remarquables (mais pourquoi dans le cas de Sly Stone ne pas parler de Fresh ?). Prince, Rick James, Michael Jackson sont aussi présents. On découvre ainsi des pépites ignorées du grand public et qui valent largement le détour comme Betty Davis, ex épouse de Miles, qui avec They say I’m different a ouvert le genre aux femmes, The Crusaders ou Ohio Players. Belkacem Meziane parlent également des incursions de grands « soulmen » dans le funk (Curtis Mayfield avec Roots) ou des jazzmen aussi : comme dirait justement Miles Davis, au fond la seule différence existe entre la bonne et la mauvaise musique.

Quelques jugements étonnants

Par contre, on est surpris ici par certaines remarques de l’auteur : dire par exemple que Norman Whitfield a influencé Curtis Mayfield est une erreur. En fait, le producteur des Temptations, très talentueux par ailleurs, et le leader des Impressions ont subi la même influence à la fin des années 60, celle de Sly Stone, vrai génie qui a régné sur la musique noire entre 1969 et 1972. Sans ce dernier, Whitfield n’aurait jamais pensé à écrire et produire Cloud 9 ou Papa was a rollin’ stone.

On se permettra aussi de regretter l’absence de Willie Hutch, second couteau de la production de la Motown mais auteur avec Foxy Brown d’une musique funk tout à fait jouissive. Les goûts et les couleurs…

Mais cela n’enlève rien à la valeur de ce livre, la plupart des albums défendus par l’auteur sont des vraies pépites et j’invite le néophyte à écouter cet été du funk, encore du funk et toujours du funk. Dance to the music !

Sylvain Bonnet

Belkacem Meziane, On the one ! L’histoire du funk en 100 albums, Les mots et le reste, mai 2019, 252 pages, 20 eur

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :