Cours élémentaire de Japonais au travers du manga

L’explosion des mangas dans la culture occidentale conduit un grand nombre de jeunes lecteurs à chercher à apprendre le Japonais. Glénat réédite le beau travail de Marc Bernabé dans une mise à jour de son édition reconnue pour sa qualité et son efficience du Japonais en manga. Le premier tome combine les Cours élémentaires et le premier Cahier d’exercice, et constitue ainsi un manuel très complet pour s’immerger dans l’apprentissage du Japonais.

 

Un vrai manuel scolaire

Avertissement aux lecteurs : Le Japonais en manga est un vrai manuel d’apprentissage de la langue. S’il est moins scolaire que les autres manuels cela tient au talent de l’auteur et à la spécificité de l’orientation pédagogique : être orienté vers la langue orale et la culture populaire, telles qu’on peut les appréhender dans les mangas. On y trouve donc une culture qui n’est pas habituelle dans les manuels traditionnels pour débutants.

Il se décompose en diverses leçons toutes suivies de leur cahier d’exercices. C’est avant tout un manuel pour autodidacte qui requiert un travail méthodique et régulier. Les trente leçons de ce volume traitent de l’écriture japonaise, des nombres, des onomatopées, des pronoms personnels, des gros mots et insultes (partie indispensable car la société japonaise n’est pas si policée !), des parties du corps, des expressions toutes faites, etc.

Chaque leçon se compose de la même manière :

  • la leçon proprement dite avec des explications claires et des tableaux présentant simplement les choses les plus compliquées
  • les mangas-exemples, où comment illustrer les propos de la leçon
  • les exercices, principalement des traductions ou des questions de cours

 

 

(c) Marc Bernabé & Glénat

 

 

Le côté novateur de ce manuel est d’utiliser les illustrations comme point central, non seulement pour des points de grammaire, mais surtout pour situer les usages (d’expression, de mots, etc.) dans un contexte plus immédiatement compréhensible.

Le manuel est complété de quatre appendices très utiles :

  • les solutions des exercices, permettant de vérifier son apprentissage des 30 leçons, avec des explications
  • un glossaire de kanji, reprenant l’histoire de cette écriture traditionnelle et une méthode d’écriture par gestes décomposés
  • un glossaire des onomatopées, éléments omniprésents dans les mangas
  • un index du vocabulaire, contenant les 1000 mots présents dans le livre et leur traduction

 

Au terme de ce premier tome, l’étudiant assidu devrait donc pouvoir comprendre un manga en version originale, mais il lui faudra encore beaucoup d’efforts pour accéder à la maîtrise réelle de la langue. Et surtout considérer qu’il s’agit là d’un élan pour se lancer dans un réel apprentissage de la langue, hors le romanji (écriture occidentalisée).  Ce manuel est un merveilleux outil, les suivants suivront !

 

Loïc Di Stefano

 

Marc Bernabé, Le Japonais en manga, tome 01, Glénat, octobre 2017, 384 pages, 25 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :