Sur les bords de la Seine… un tombeau plein de secrets

Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon, professeur associé à l’institut catholique de Vendée, s’est imposé comme un des meilleurs spécialistes de Napoléon et du Premier Empire depuis une vingtaine d’années. Sur les bords de la Seine…, paru chez Perrin à la rentrée, aborde l’histoire du Petit Caporal par… La fin.

Le choix du lieu du tombeau

En 2019, Thierry Lentz avait publié Bonaparte n’est plus ! où il racontait comment la nouvelle de la mort de l’Empereur s’était répandu durant l’année 1821. Sur les bords de la Seine… en est peu la suite car, dès lors que Louis-Philippe en 1840 organisa le fameux retour des Cendres, il fallut bien trouver un tombeau à la mesure de Napoléon. On écarta Saint-Denis, trop royal, et on finit par préférer les Invalides, pourtant marqué par le souvenir de Louis XIV. Mais Napoléon avait favorisé les Invalides lors de son règne, donc…

Construire un tombeau…

Thierry Lentz relate ensuite avec minutie, mais non sans humour, les étapes de la construction du tombeau. Car il y eut des projets, des devis, des débats : quoi construire au fond pour honorer un empereur alors que la France est une monarchie constitutionnelle, puis une République ? C’est finalement le projet de Louis Visconti qui est choisi, d’inspiration néoclassique, construit avec des matériaux de luxe (dont certains vinrent de Russie !). Mais les différentes chambres veillent au coût, il ne faudrait pas non plus trop payer… Notons que Visconti ne verra pas l’inauguration du tombeau sous Napoléon III (et ce dernier n’aimait pas le monument). En tout cas, Joseph et Jérôme vinrent reposer près de leur illustre frère comme d’autres comme Foch et Lyautey, dont il fallut faire revenir la dépouille du Maroc devenu indépendant. Et puis il y a la fameuse visite d’Hitler en juin 1940 et le retour des cendres de l’Aiglon.

Au fond, c’est une histoire palpitante pour un monument unique et qui ne laisse personne indifférent.

Sylvain Bonnet

Thierry Lentz, Sur les bords de la Seine…, Perrin, septembre 2023, 416 pages, 23 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :