Le stratagème du corbeau, entracte avant le dénouement

Une trilogie d’un jeune auteur 

Le Stratagème du corbeau constitue la suite du Gambit du renard, un space-opera très ambitieux, premier volume d’une trilogie, qui avait remporté le prix locus du premier roman en 2017. Un beau succès à l’époque pour Yoon Ha Lee, auteur encore très peu connu à l’époque. Rappelons que dans le premier volume on faisait connaissance avec la civilisation de l’Hexarcat et qu’on confiait à l’officier Cheris la mission d’abriter l’esprit du général Jedao en vue de mater une rébellion d’hérétiques. Mais abriter l’esprit d’un criminel de masse n’est pas forcément une tâche aisée, surtout quand il s’avère que les choses ne tournent pas rond dans le monde de l’Hexarcat. Voici donc le deuxième tome. 

Complots interstellaires 

 Les troupes auxquelles appartenaient le lieutenant-colonel Kel Brezan venaient d’être désignées pour contenir l’invasion Hafn. Brezan s’était préparé au chaos, mais pas à ce point. Dix-huit jours plus tôt, le général Kel Khiruev avait dû faire appareiller son essaim en urgence après que les Hafn avaient assassiné le général Kel Chrenka.

Brezan n’est pas au bout de ses surprises : voici Le général Jedao, maître de l’enveloppe corporelle de Cheris, qui débarque sur le vaisseau amiral d’un essaim et en revendique le commandement afin de repousser des rebelles. Les officiers et l’équipage lui prêtent allégeance, malgré certaines réticences… et la fuite de Brezan. Pendant ce temps, l’Hexarcat bruisse de rumeurs. Non seulement il faut contrer Jedao mais les complots entre hiérarques se multiplient…. 

Un deuxième tome plus contrasté 

Le Stratagème du corbeau est une occasion de plonger dans des intrigues politiques de l’univers imaginé par Yoon Ha Lee et on s’éloigne donc de la complexité du premier volume : on y découvrait une guerre menée par des hérétiques voulant changer de calendrier, ce qui affectait la technologie et la nature même de l’Hexarcat, sans compter la très bonne mise en scène du dualisme Cheris/Jedao. Ici, c’est plus classique même si très bien mené.

On attend donc le troisième volume pour juger de l’ensemble.  

Sylvain Bonnet 

Yoon Ha Lee, Le Stratagème du corbeau, traduit de l’anglais par Sébastien Raizer, illustration de couverture de Chris Moore, Denoël, « Lunes d’encre », janvier 2020, 416 pages, 23 eur

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :