Charles-Joseph Bonaparte, petit-neveu de Napoléon et ministre de Roosevelt

Auteur de biographies remarquées du comte de Chambord (Perrin, 2008) ou de Lamartine (Tallandier, 2020), Daniel de Montplaisir s’intéresse ici à un membre totalement méconnu de la famille de Napoléon, Charles-Joseph Bonaparte, américain et ministre de Théodore Roosevelt, auquel Pierre Branda avait déjà consacré un chapitre intéressant dans sa Saga des Bonaparte.

Un descendant du roi Jérôme

Avant de parler de Charles-Joseph, Daniel de Montplaisir évoque l’origine de ces Bonaparte américains, né de Jérôme, le plus fantasque des frères de Napoléon. Avant d’être roi de Westphalie, Jérôme voulait être marin et s’est retrouvé par la force des choses aux États-Unis où il fait de nombreuses conquêtes féminines. Et Jérôme se marie avec la belle et ambitieuse Elisabeth Patterson. Seulement, Napoléon refuse de reconnaître le mariage de son frère et le fils qui en naît, Jerôme-Napoléon dit « Bo ». Sans que son mariage américain soit annulé, Jérôme revient en Europe et épouse Catherine de Wurtemberg. « Bo » grandit aux États-Unis loin d’un père qu’il rencontrera peu souvent. Il a deux fils : l’aîné deviendra officier français et servira sous Napoléon III ; le deuxième, qui a vingt et un an de différence, sera ce Charles-Joseph Bonaparte.

Le ministre de Théodore Roosevelt

Charles-Joseph, peu intéressé par son héritage français et le souvenir de son grand-oncle, deviendra avocat à Baltimore, ville des Patterson. Riche et influent, il se lie avec un jeune politicien ambitieux et plein d’énergie, Théodore Roosevelt. Ce dernier, devenu président après l’assassinat de McKinley, écoute ses conseils et finit par le nommer à la marine. C’est Charles-Joseph qui bataille pour augmenter le tonnage de la flotte américaine, échouant cependant à faire construire des versions américaines des « Dreadnoughts ». Puis il occupe le poste de ministre de la justice, ferraille contre les trusts et surtout John D. Rockfeller. Il est connu aussi pour avoir créé le BOI, Bureau Of Investigation, l’ancêtre du FBI. C’est un bel itinéraire, celui d’un Bonaparte pas comme les autres, que retrace avec talent Daniel de Montplaisir.

Sylvain Bonnet

Daniel de Montplaisir, Charles-Joseph Bonaparte, Perrin, novembre 2023, 384 pages, 23,50 euros

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :