Frakas, la Françafrique dans tous ses états

Les très bons débuts d’un auteur

On a connu Thomas Cantaloube avec Requiem pour une République, polar très solide qui revenait sur les débuts de la Ve République. Pour son premier roman, Cantaloube avait reçu le prix 20 Minutes/Quai du polar ainsi que le prix Mystère en 2020. Frakas est son deuxième roman et est une occasion de retrouver ses trois personnages fétiches : Luc Blanchard, l’inspecteur idéaliste devenu journaliste, le truand corse Antoine Lucchesi et l’ancien mercenaire Sirius Volkstrom. Et tout ce beau monde prend la direction du Cameroun !  

Turpitudes postcoloniales  

Luc Blanchard attendait patiemment, les mains posées à plat sur ses cuisses. Mémoire musculaire des années de pensionnat. Ses yeux scrutaient le fatras dans le bureau de son rédacteur en chef, comme il l’avait déjà fait des dizaines de fois : les étagères constellées de livres, la table croulant sous les papiers et les vieux journaux, les murs tapissés d’affiches et de unes de magazines…

L’ex-policier travaille désormais pour France-Observateur et vient de terminer un article sur l’exode des pieds noirs d’Algérie que son rédacteur en chef, René Hartmann, apprécie. Ce dernier l’oriente sur une enquête portant sur la Main Rouge, un groupe terroriste qui a assassiné des leaders indépendantistes des anciennes colonies françaises. Cela amène Luc à s’intéresser au Cameroun, un ex-protectorat français. L’un de ses leaders, chef d’un mouvement indépendantiste nommé UPC, a été assassiné il y a quelques mois et Luc y voit l’œuvre de la Main Rouge.

À Marseille, Antoine Lucchesi s’occupe de son bar et surtout de trafic de drogue, en cheville avec les frères Guerini. Quand son cuisinier camerounais, Alphonse, lui annonce qu’il doit partir en Afrique quelque temps pour s’occuper de son oncle, il le laisse faire. Mais, sans le vouloir, Alphonse a emmené un cahier avec les comptes de Lucchesi. Ce dernier, pour sauver sa peau, part pour le Cameroun rechercher Alphonse, son cahier… et retrouve Luc venu fouiner là-bas. Et le pays est très compliqué… un terrain idéal pour leur ancien comparse Volkstrom, devenu membre de l’armée française chargé d’instruire des militaires camerounais. Les trois compères ne vont pas tarder à se retrouver dans de beaux ennuis.  

Un polar décapant

Frakas happe rapidement le lecteur, c’est une qualité qu’il convient de signaler. L’intrigue est politique, sous la double influence de Manchette et Ellroy : le premier pour la révélation des barbouzeries et autres basses besognes de la France gaulliste (on songe à L’Affaire N’Gustro) et le second par la volonté de croiser roman et histoire (Les frère Guérini, Mitterrand, Pasqua et Deferre apparaissent, comme les frères Kennedy, Hoover et le mafieux Sam Giancana dans American Tabloid du grand James Ellroy). On y découvre ainsi une histoire peu connue, celle de la répression française contre l’UPC au Cameroun, conflit sanglant qui a laissé des traces jusqu’à aujourd’hui.

Décapant par son traitement de l’Afrique post-coloniale des années 60, Frakas est un excellent polar qu’on ne peut que recommander.  

Sylvain Bonnet

Thomas Cantaloube, Frakas, Gallimard Série noire, avril 2021, 432 pages, 19 eur

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :