Boule de foudre, Liu CIXIN : Hard Science éclair !

Liu CIXIN revient chez Éxofictions avec Boule de Foudre loin de ses univers.

Avant, la Science-fiction en extrême orient semblait se limiter au Japon. À son monde profus d’animés/mangas si riche en méchas et autres technologies hybridées ou mutantes comme Alita aka Gunnm. Ou à la Corée du Sud, le challenger habituel en mode plus sombre. Mais dorénavant, il est évident que la Chine devient le nouveau Far East/West du genre. Une contrée pionnière où les idées, et les hommes qui les explorent, surgissent de partout ! Une école, un horizon plutôt, apparaît : la SinoSF* ; que les éditeurs s’empressent de traduire pour notre plus grand bonheur !

Avec son nouveau roman Boule de foudre paru en septembre dans la collection Éxofictions chez Actes Sud, Liu CIXIN surprend. Car il est bien loin de ses univers ambitieux et complexes, ceux de la trilogie des trisolariens, plébiscitée par les lecteurs à travers le monde entier avec les deux premiers romans parus Le Problème à trois corps (prix Hugo 2015*) et La Forêt sombre.

À l’Est du nouveau

Mieux, l’environnement actuel de la Chine — ses mégapoles en mode skyline du 21ème siècle, ses villes nouvelles hyper connectées en mode Big Brother, ses centres de recherches ruches — est un énorme décor de SF. Un background ambiguë en diable. Entre Dystopie et Hard Science bien sûr. Car la chape d’un pouvoir autoritaire au savoir-faire millénaire, héritier de l’empire du milieu et du communisme de Mao, n’est pas prête de disparaître. Donc, la vie quotidienne et l’horizon de ce pays gigantesque, centralisateur, peuplé de plus de 1 milliard 400 millions d’individus est déjà un laboratoire d’un futur plausible de l’humanité. Mais plausible ne veut pas dire enviable !

shangai skyline

Alors en éditant ce roman, antérieur à sa saga trisolarienne, la collection Éxofictions nous surprend. Car Boule de foudre offre une palette de Liu CIXIN méconnue. Le thriller scientifique en mode quête personnelle obsessionnelle ! Rien moins que 448 pages d’une plongée dans la recherche de haute-volée des labos d’armements. Dés lors, impétrants lecteurs boojumiens, tentez avec moi cette course poursuite entre Chen et le terrible phénomène des Boules de foudre.

Recherche & Obsession : un cocktail du tonnerre !

Car à la source de tout, il y a bien un phénomène météo rare et encore inexpliqué : la foudre en boule ou globulaire. Au-delà du folklore, de Jules Verne au professeur Tournesol d’Hergé enlevé par les Sept boules de cristal, c’est bien une explosion spectaculaire et terrifiante qui constitue le cœur de cette manifestation. Un phénomène incroyable ! Preuve des forces encore méconnues dans la nature. Cette expérience marque durablement les témoins de ce phénomène. Et Chen, le protagoniste principal de Boule de foudre, en est la victime malheureuse. Propitiatoire même.

La foudre en boule CNES

Car c’est par la mort brutale de ses parents dans leur maison, devant ses yeux d’enfant, que commence son obsession : percer le secret de la foudre en boule ! C’est pourquoi ce drame détermine vite le champ de ses études. Le fil de son destin. Il devient chercheur en physique atmosphérique. Mais le sujet est tabou. La risée de la doxa scientifique. Cependant il rencontre, avec son tuteur de doctorat Gao Bo, un des rares esprits curieux du sujet. Alors, avec précautions d’abord, il débute une quête qui frisait jusque là l’obsession stérile. Le coupant du monde réel, elle l’a rendu solitaire, hormis son ami Zhao Yu, et replié sur ses recherches incomprises. Mais une étrange mise en garde du professeur Zhang va l’aiguillonner, et l’amener à poursuivre en secret sa quête, malgré tous les risques, dans un pays où l’espionnite aiguë est de mise.

Secrets et preuves

Car le comble pour lui, le risque surtout, est de recroiser un jour le phénomène. Mortel presque tout le temps. Donc Chen s’obstine. Au moins pour apporter la preuve de l’existence factuelle et mesurable de cette véritable bombe énergétique ! Et même s’il est devenu chercheur à l’Institut de Recherche sur la Foudre, un centre scientifique civil aux faibles moyens, nul ne semble disposé à le croire. Encore moins à le doter d’un budget suffisant pour tester ses brillantes équations.

mont tai

Mais le jour tant attendu arrive enfin. Et d’autres scientifiques en seront témoins. Lors d’un séjour dans une station météo. Celle du pic de l’Empereur de Jade, sur le mont Tai, l’une des cinq montagnes sacrées en Chine dans la province de Shandong. Célèbre dans tout le pays pour ses escaliers et ses murailles taillées dans le roc pour les nombreux pèlerinages qui s’y déroulent. Mais aussi pour les manifestations des esprits comme la foudre-qui-roule. Avatar du dragon pour certains, esprit maléfique pour d’autres.

Chen trouve enfin une preuve de l’existence de la foudre en boule. Et grâce à Lin Yu, une jeune scientifique militaire également présente, il va pouvoir révéler ses premières preuves, son histoire et celle du professeur Zhang. Celui qui lui avait jusque là déconseillé de poursuivre dans cette voie. Car Zhang aussi avait été obsédé jusqu’à la folie ! Mais sous l’intérêt réel de la belle Lin Yu pour Chen, se cache peut-être une surveillance intéressée…

La porte d’entrée de la science est la porte d’entrée de l’enfer (Karl Marx)

p62

Larmes et l’arme

Dés lors, l’armée et ses budgets quasi-illimités se focalise sur Chen. Grâce à Lin Yu, chercheuse gradée et fille de général, le consortium militaro-politique va libérer les vannes des finances. Il change alors de labo, et intègre le secret centre de recherche sur les énergies des militaires, doux euphémisme pour recherche sur les nouvelles armes. Un voyage hallucinant dans les vestiges soviétiques de la recherche russe en Sibérie (en Russie a lieu le colloque annuel sur les boules de foudre ! ) va parachever le projet chinois. Créer coûte que coûte une nouvelle arme secrète. Malgré les échecs de la folie soviétique.

Car la foudre globulaire est à cheval sur des enjeux mirifiques. Au moins, elle permet une source d’énergie nouvelle utile pour la recherche sur les moteurs spatiaux en prototype (on retrouve le personnage de Ding Yi du Problème à trois corps ici). Au plus, domestiquée sa forme plasmoïde, ce champ d’ondes électromagnétiques au flux surpuissant mêlant silicium et molécules instables jusque-là, en fait une arme au potentiel illimité. Indétectable !

Évidemment, un tel enjeu ne va pas sans fourberies, trahisons et surprises. Et Chen, perturbé par son attirance pour la commandante Lin Yu, devra louvoyer dans un conflit de loyautés. Entre moral et sentiment, il laissera peu de personnes indemnes.

boule de foudre


Dans la grisaille du monde réel, échappant à l’attention des hommes, flotte cette petite chose qui le transcende, comme un petit grain de poussière qui se serait échappé du pays des rêves. Pour nous laisser entrevoir l’immensité et le mystère de l’univers.

Coup de foudre et SinoSF*

Ne faisons pas la fine bouche ! Certes, Boule de foudre n’atteint pas l’ampleur du cycle trisolarien de Liu CIXIN. Cependant, c’est un réel plaisir de lire un thriller scientifique de ce niveau. Depuis Michaël Crichton et Sphère ou la Variété Andromède, je n’avais pas retrouvé ce sens du récit. Boule de foudre mêle à la fois une hard science tempérée et un scénario haletant, centré sur des personnages attachants et crédibles.

Mais il y a aussi la magie, le magnétisme évident du sujet. Cette spectaculaire explosion de Mère Nature en mode éclair, tonnerre et foudre. Malgré la folie de l’Homme à vouloir la domestiquer à tout prix. Alors que notre devoir est de la protéger avant tout. On retrouve ici la magie perceptible dans un autre livre alliant cette alchimie entre SF et merveilleux scientifique : Le Prestige de Christopher Priest. Où Tesla, la magie et la science atteignent un sommet inégalé de la littérature imaginaire.

Révérence et chapeau bas M. Liu CIXIN ! Hâte de lire vos nouvelles en janvier 2020 Terre errante !

Marc-Olivier Amblard

Liu CIXIN, Boule de foudre, traduit du chinois par Nicolas Giovanetti, collection Éxofictions, Éditions Actes Sud, septembre 2019, 448 pages, 23 eur

Un extrait en pdf


* L’Asie n’a quasiment jamais eu de récipiendiaire aux Hugo Awards dans les catégories littéraires. Il est heureux que cela change et que la Sinosf comme l’afrofuturisme y soient enfin reconnus. Liu CIXIN a donc obtenu le premier prix Hugo décerné à un chinois en 2015. Suivi dès l’année suivante par le prix Hugo pour la novella (nouvelle longue) pour Pékin origami (Folding Beijing) par Hao Jingfang. Et en 2019 l’anglo-malaisienne Zen Cho, toujours dans la catégorie Novella pour If at First You Don’t Succeed, Try, Try Again.

Une réflexion sur “Boule de foudre, Liu CIXIN : Hard Science éclair !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :